Le travail des soignants n’est pas à la fête

Chers collègues,

Comment en est-on arrivé là ? Comment en est-on arrivé à ce qu’un fichier clandestin, illégal, infâmant et bourré d’erreurs fabriqué dans un de ses hôpitaux soit approuvé par la direction générale de l’AP-HP ? Comment se fait-il que les coupables de cette ignominie soient soutenus par leur hiérarchie et soient encore en place ? Comment se fait-il que la ministre de la Santé n’ait pas immédiatement condamné cette pratique délictueuse et dégradante ? Oui, comment en est-on arrivé là ?

Heureusement, deux syndicats nationaux de praticiens ont sauvés l’honneur au nom de notre indépendance professionnelle et de notre éthique : Avenir hospitalier, qui a révélé le fichier pompidolien dans son communiqué du 10 avril dernier, et le SNAM-HP, dont le récent communiqué rappelle que l’administration et les directeurs d’hôpitaux n’ont ni la légitimité ni les compétences pour évaluer les médecins : ce type d’évaluation comptable et réductrice constitue un abus de pouvoir et il est potentiellement dangereux pour les patients. Il faut saluer aussi l’attitude du président de la CME de l’AP-HP qui a souligné le caractère illégal et non déontologique de ce fichier. D’autres réactions syndicales sont attendues.

Notre collègue Jean-Pascal Devailly nous livre certains des ressorts de cette incroyable affaire, loin d’être isolée. Vous verrez sa critique de la bureaucratie sur son blog.  Ce flicage indigne est la partie émergée et honteuse de l’iceberg managérial installé à travers le monde et que la technocratie sanitaire française, toujours très originale, est si fière d’avoir mis en place, le symptôme d’une maladie plus profonde parfaitement diagnostiquée et que les pouvoirs publics laissent se développer en toute bonne conscience.

Amitiés, et bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *