Nouvelle moisson

Chers collègues,

Un nouvel abécédaire composé en moissonnant le web ces dernières semaines.

Accès aux médicaments

Le Monde dresse le portrait de Jamie Love, qui, à la tête de l’organisation non gouvernementale Knowledge Ecology International se bat pour rendre les médicaments plus accessibles.

Alcool

L’alcool est bon pour la santé… financière de ceux qui le vendent (en finançant des études scientifiques destinées à en prouver les bienfaits), nous dit The New York Times.

Amazon

La compagnie américaine tentaculaire a un plan secret pour la santé (voir ici).

Burnout

The British Medical Journal et le bulletin de l’International Institute of Organisational Psychological Medicine (p. 34 et suivantes notamment) insistent sur la fréquence de l’épuisement professionnel chez les personnels soignants. Les conditions actuelles d’exercice sont peu propices à réduire son incidence.

Sur France Culture, deux émissions sur la souffrance des soignants, et la possibilité d’écouter le témoignage touchant d’une infirmière de l’hôpital Tenon en 1955, dans « le service des yeux »

Chine

Les chercheurs chinois touchent des primes substantielles lorsqu’ils publient dans de bonnes revues, nous apprend la MIT Technology Review. Plus simple et direct que les points SIGAPS. Faut-il y voir un lien de cause à effet, près de 500 chercheurs chinois ont été coupables d’inconduite scientifique (voir ici) ?

Classements

Dans plusieurs publications récentes, les systèmes de santé de différents pays ont été comparés et classés. Malgré les réserves attachées aux critères retenus, la France ne tient pas un rang très élevé, que ce soit pour The Commonwealth Fund ou pour The Lancet.

Dataphrénie

L’heure est aux mégadonnées et à la vague illusion que de grandes vérités vont sortir de leur exploitation. Certaines mises en garde méritent attention pour ne pas tomber dans le panneau de cette nouvelle forme de quantophrénie.

Pour Nassim Nicholas Taleb, l’auteur du Cygne noir, plus il y a de données dans un texte, plus il faut être sur ses gardes : « The more data people show you, the more suspicious and intellectually vigilant you should be. »

Le pire peut venir des statistiques. En France, on s’extasie sur ce qu’apportent les données de l’aassurance maladie (ordonnances présentées au remboursement), celles issues du (sur)codage des séjours hospitaliers et celles des certificats de décès (il faut bien mourir de quelque chose, comme dit la sagesse populaire). Le tout mouliné pour donner des relations, vite assimilées à une causalité (cette confusion est l’erreur d’interprétation la plus commune, comme le rappelle Rebecca Goldin dans Wired). Parfois ça marche (le meilleur exemple est sans doute celui du Médiator et des pathologies valvulaires – voir ici à partir de 1 heures et 25 minutes), mais ce n’est pas règle.

Dans The New England Journal of Medicine, nous engage à nous appuyer sur l’ensemble des données dispoinbles et ne pas se limiter aux essais randomisés en double aveugle contre placebo « There is no single, best approach to the study of health interventions; clinical and public health decisions are almost always made with imperfect data. Promoting transparency in study methods, ensuring standardized data collection for key outcomes, and using new approaches to improve data synthesis are critical steps in the interpretation of findings and in the identification of data for action, and it must be recognized that conclusions may change over time. There will always be an argument for more research and for better data, but waiting for more data is often an implicit decision not to act or to act on the basis of past practice rather than best available evidence. The goal must be actionable data — data that are sufficient for clinical and public health action that have been derived openly and objectively and that enable us to say, “Here’s what we recommend and why.” »

Dans certains cas, il vaut mieux faire des études prospectives avec un recueil de données plus fiable et un raisonnement scientifique plus solide. Cela évitera les décisions réglementaires hâtives et biaisées (voir un article du British Medical Journal sur ce danger).

Il faut se méfier de certaines corrélations, comme nous y invite avec humour le site tylervigen.com, sans parler du sacro-saint p < 0,05, qui semble borner l’horizon de maints commentateurs.

Dossier médical

La MIT Technoloy Review expose une solution à la dispersion des modes de stockage des dossiers médicaux : « There are 26 different electronic medical records systems used in the city of Boston, each with its own language for representing and sharing data. Critical information is often scattered across multiple facilities, and sometimes it isn’t accessible when it is needed most—a situation that plays out every day around the U.S., costing money and sometimes even lives. […] Imagine that when a doctor sees a patient or writes a new prescription, the patient agrees to have a reference or “pointer” added to a blockchain—a decentralized digital ledger like the one underlying Bitcoin. Instead of payments, this blockchain would record critical medical information in a virtually incorruptible cryptographic database, maintained by a network of computers, that is accessible to anyone running the software.”

Elbakyan (Alexandra)

Voir ici les œuvres de la créatrice du site Sci-Hub, qui publie gratuitement des articles scientifiques en pillant les revues internationales. Son slogan : « to remove all barriers in the way of science ».

Forced ranking

Méthode de management qui définit des quotas d’employés à éliminer et donc à sous-noter dans les « évaluations » (voir ici). Il ne suffit pas de dire non (voir ici la valeur du refus en entreprise).

Gain

Qui gagne quoi lorsqu’un médicament est commercialisé aux USA ? Réponse ici.

Hausse des dépenses de santé

Selon un document de France Stratégie, les dépenses de santé sont passées en France de 2,5 à 9 points de produit intérieur brut entre 1950 et 2015.

Hawking (Stephen)

Sauvé par le NHS, le célèbre physicien polémique avec le secrétaire à la santé, Jeremy Hunt, et appelle à « sauver » le système de santé anglais (voir ici et ).

Intégrité de la recherche

Les sept péchés mortels de la science et leur rachat sont exposés par Chris Chambers dans un ouvrage recensé par Hervé Maisonneuve sur son site. On y trouve aussi la vidéo où quatre prix Nobel suggèrent de publier de la bonne science plutôt que de courir après le facteur d’impact. Même appel à la qualité de Michele Pagano dans Nature. Et toujours, les conflits d’intérêts (voir ici et ).

Joyeux anniversaire

Pour ensemencer le gâteau d’anniversaire, il suffit de souffler sur les bougies, nous rappelle The Atlantic.

Kennedy

Marc Gozlan nous retrace sur son blog l’incroyable histoire du mal de dos de JFK, un bel exemple d’activisme médical.

Lobbying

Le Temps nous apprend comment Philip Morris défend ses intérêts par tous les moyens. Addict Aide explique pourquoi l’industrie de l’alcool voit d’un mauvais œil la lutte contre le mésusage de l’alcool : 8 % de la population française consomme 49 % de l’alcool commercialisé, 20 % en consomme 75 %.

Monde des langues

Un dessin vaut mieux qu’un long discours :

Mystère du courage

Dans l’émission de France Inter « Lanceurs d’alerte », Cynthia Fleury essaie d’expliquer pourquoi tant se taisent et si peu ont le courage de parler.

Novlangue

L’administration a sa novlangue, qui se renouvelle toujours plus vite. Les start-up ont aussi la leur :

Oakley (Barbara)

Cette enseignante américaine est devenue célèbre grâce à son MOOC sur apprendre à apprendre (voir ici).

Perte de sens

Les premiers de la classe quittent leurs métiers d’élite (bullshit jobs ?) pour se tourner vers l’artisanat, selon le journaliste J.-L. Cassely (voir ici). Selon le philosophe François Jullien, « nous pouvons tous vivre une seconde vie » (voir ici).

Quand incompétence et comportement toxique…

… se retrouvent dans des postes à responsabilités : excellent texte de Stéphanie Carpentier, expert en management.

Réforme du système de santé québécois

Pour Claude Castonguay, ancien ministre de la santé du Québec, les dernières réformes sont un échec total (voir ici)

Sicard (Didier)

Très en forme, le président d’honneur du comité consultatif national d’éthique nous parle ici de la médecine d’après-demain.

Thérapeutique par l’alcool

Un diaporama de Medscape retrace l’histoire de l’alcool considéré comme une thérapeutique, en commençant par cette citation de Galien : « Le vin prend soin du grand âge », et se termine par cet avertissement du National Institue of Health en 1972 : « Tout article qui recommanderait de commencer à boire […] serait scientifiquement faux et socialement délétère, vu le problème majeur de santé publique que représente déjà l’alcoolisme dans ce pays. »

 Universalité des valeurs

Psychomédia présente une mise à jour de la théorie universelle des valeurs : elles sont au nombre de dix-neuf.

Vacances de postes

Plus de 86 000 postes seraient vacants dans le NHS, des infirmières surtout, annonce la BBC.

Vaccins

L’argumentation imparable de notre collègue Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, sur l’obligation vaccinale.

Washington Post vs. New York Times vs. Trump

Vanity fair nous raconte l’histoire de cette lutte au sommet.

X

Le secret médical est en grand danger avec les dossiers informatiques et l’inquisition numérique des états. Le docteur Anne Lécu, sœur dominicaine et médecin à Fleury-Mérogis, a écrit un beau livre sur ce sujet, qu’elle évoque dans « Matière à penser » sur France Culture.

Yale

L’école de droit de la Yale University a organisé une conférence internationale intitulée « Ensuring Safety, Efficacy, and Access to Medical Products in the Age of Global Deregulation » (voir ici).

Un chercheur de cette même université a dû rétracter un article sur l’usage de la kétamine dans la dépression (voir ici). Une mise au point de l’éventuel intérêt de ce traitement dans le JAMA.

Zuckerberg (Mark)

Sans Facebook, qui compte plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs par mois, Trump aurait-il gagné l’élection présidentielle américaine ? Non, répond la BBC.

« Si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit » : John Lanchester expose dans la London Review of Books comment la Silicon Valley a conquis notre attention et infiltre notre vie.

Amitiés et bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *