Rappel des projets ressources humaines de l’APHP de 2011

Chers collègues,

Il n’est pas inutile de rappeler ce que nous disions à propos d’une note confidentielle dévoilée en 2011. Le temps passe, la bureaucratie enfle, les dirigeants changent, les problématiques demeurent et le retour à l’équilibre est toujours pour demain.

Amitiés et bon courage.


Envoyé : jeudi 30 juin 2011 10:00

Objet : dnf – les projets ressources humaines de l’AP-HP

Chers collègues,

Un document intitulé « Les enjeux RH des mois à venir » daté du 21 avril 2011 circule dans l’institution. Il est suffisamment important pour être porté à la connaissance de tous. Ecrit dans un langage parfois abscons et truffé d’abréviations hermétiques, ce document apporte des informations de premier ordre. Il confirme l’approche comptable des suppressions d’emplois non médicaux : 3228 annoncées pour la période 2011 à 2014, avec une étonnante précision (1070 en 2011, 1070 en 2012, 436 en 2013, 652 en 2014). « Cette évolution de l’emploi sera favorisée par un turn over élevé (en moyenne 11%) » (sic) et touchera en partie le personnel soignant. Il est conditionné par le plan de retour à l’équilibre. Dix-huit opérations de restructuration/transfert sont annoncées en 2011. Quelles sont –elles ? (Dans ce qui est encore mon pôle, par exemple, l’opération est simple : rendre deux postes). Les dépenses de promotion professionnelle devraient diminuer de 40%, soit une diminution de 1442 ETPR en 2011,1167 en 2012. Le nombre de cadres dirigeants est de 390 dont « 263 directeurs d’hôpitaux, 76 directeurs de soins, des fonctionnaires détachés et quelques contractuels de haut niveau ». On aimerait connaître l’affectation précise des 263 directeurs, le nombre des fonctionnaires détachés et la nature de leurs détachements, le nombre et les revenus des contractuels de « haut niveau ». Il était prévu que le nombre de directeurs passe de 300 (chiffre de fin 2008) à 200 en 2014, ce qui est bien la preuve de l’inutilité de cette pléthore. La prévision d’un passage de la durée de travail de jour de 7H36 à 7H30 permettra de gagner 300 000 journées de RTT en moins par an. « Mais le sujet est explosif » (sic). La suppression de la prise en charge par l’AP-HP de la demi-cotisation ouvrière que « les syndicats considèrent comme un acquis social à préserver » est envisagée. L’augmentation du coût des crèches nécessitera « une pédagogie habile » (sic). Les risques professionnels et les conditions de travail sont un sujet à risque : « La stratégie en la matière devra tenir compte d’une extrême sensibilité de ce sujet et notamment des risques psycho sociaux avec en toile de fond le sujet des suicides. » Le texte ajoute : « La ligne est très délicate à tenir afin de ne pas tomber dans le syndrome d’autres grandes entreprises, dans une période où le CHSCT est de plus en plus utilisé comme l’arme ultime contre les dirigeants. » On cherche vainement dans ce texte des préoccupations concernant le retentissement de cette politique et de ces projets sur l’accessibilité et la qualité des soins prodigués aux malades.

Amitiés et bon courage.

André Grimaldi, Bernard Granger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *