Des semaines bien remplies, malgré les ponts

Chers collègues,

Au fil des jours, quelques repères :

– si les génériqueurs s’entendent ou fusionnent, les prix vont monter, selon The Economist;

– les déclarations de madame Brigitte Dormont sur la mort de la médecine libérale ont fait du bruit, comme ici dans le Huffington Post ;

– le site Contrepoint pose la question suivante : « Et si la réduction du temps de travail des internes en médecine révélait tout simplement que leur présence est indispensable au fonctionnement des hôpitaux ? » ;

– un entretien remarquable de Mediapart avec Christophe Dejours sur la souffrance au travail et les changements intervenus ces dernières décennies, ou comment le management individualisé transforme notre rapport au travail et le détériore ;

– dans une note accessible via le site de la FHF, l’agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) analyse les bilans sociaux 2013 des établissements de santé et note par rapport à 2013 une légère augmentation de l’absentéisme et du taux de rotation ;

– la ministre de la Santé annonce une réflexion sur un régime universel d’assurance maladie à l’occasion des 70 ans de la sécurité sociale, comme le rapportent les Echos (La ministre a peut-être lu la charte pour une santé solidaire et devrait aller plus loin) ;

– la Mutuelle des étudiants (LMDE), aux agissements aussi scandaleux que ceux de la MNEF sur les décombres de laquelle elle a été créée (voir ici, lire aussi le rapport accablant du défenseur des droits),  en quasi faillite, doit déléguer à la CNAMTS la gestion du régime étudiant et pour les activités de couverture complémentaire s’adosser à la mutuelle Intériale, qui assure notamment les personnels du ministère de l’Intérieur (les CRS -SS et les étudiants -diants – diants auront la même complémentaire ! voir ici et ici) ;

– The New England Journal of Medicine analyse la création en Allemagne, où la ville et l’hôpital sont très cloisonnés, d’un secteur de soins ambulatoires spécialisés intégrés réservé à certaines pathologies ;

– en juin 2009, le chirurgien bostonien Atul Gawande avait décrit dans le New Yorker comment le paiement à l’acte faisait grimper les dépenses de santé de façon vertigineuse, prenant pour exemple la ville de McAllen au Texas ; il revient aujourd’hui sur le sujet et constate que les soins et procédures inutiles restent un mal endémique aux Etats-Unis, mais que la prise de conscience de ce phénomène et de nouveaux modes de rémunération sous l’impulsion de l’Obamacare font évoluer les choses, y compris à McAllen (voir aussi ici) ;

– pour diminuer la facture de l’hôpital US, il faut négocier (voir ici) ;

– et si les Français s’auto-assuraient plutôt que de payer une complémentaire, comme le pense Cyrille Chartier-Kastler dans le Monde ;

– la Drees publie un rapport sur les complémentaires santé qui montre que les assurances privées grignotent petit à petit des parts de marché sur les mutuelles et que l’opacité sur les frais de gestion de ces organismes demeure (« Les réponses très partielles à l’état statistique complémentaire relatif aux frais de gestion et à certains dispositifs particuliers (gestion déléguée d’un régime obligatoire santé, CMU-C et ACS) ne permettent toutefois pas d’approfondir l’analyse sur les frais de gestion, en particulier de calculer le montant des frais de gestion par bénéficiaire », lit-on dans l’avant-propos) ;

– Axa propose des téléconsultations « gratuites » à ses assurés, ce qui ne laisse pas d’inquiéter le conseil de l’Ordre des médecins (voir ici) ; aux USA, c’est déjà en usage (voir ici) ;

– le taxi Uber vous attend devant chez vous, le docteur Heal frappe à la porte et vous rend visite, comme l’explique le New York Times ;

– les premiers éléments de la campagne budgétaires pour 2015 fournis par le ministère de la Santé indiquent que « pour 2015, le niveau des économies attendues sur le champ des établissements de santé est de 730M€ par rapport au tendanciel » ; comme le niveau d’activité augmente, les tarifs baissent : – 0,65 % ; autre bonne nouvelle : « Ces évolutions des organisations devront également permettre de limiter le taux global national d’évolution de la masse salariale à 1,5 % sur la période 2015-2017 » ; les Echos ont établi région par région la carte des économies à réaliser (les responsables politiques et hospitaliers ont la décence de ne plus parler d’efficience) ;

– les bilans 2014 des établissements publics de soins se sont dégradés par rapport à 2013, et cela ne devrait donc pas s’arranger (voir la dépêche de l’agence Hospimedia rapportant une diminution de la capacité d’autofinancement et une augmentation du déficit global) ;

– dans son dernier rapport, France stratégie remarque incidemment que la France est peu sélective en matière de réduction des dépenses publiques et pratique la politique du rabot (que nous connaissons bien dans les hôpitaux), comme le montre le schéma ci-dessous (p. 27 du rapport) ;

indicateur sélectivité dép publiques

Indicateur de sélectivité dans l’évolution de la dépense publique, 2009-2012

 

– la fraude à la CMU-C va reposer sur le contrôle des comptes bancaires des bénéficiaires, selon 20 minutes : les perquisitions de la CNAM ne connaissent plus de limites, à quand la suite ? ;

– les fumeurs réagissent plus au bâton qu’à la carotte, selon une étude publiée dans le NEJM ;

– l’institut IPSOS a sondé l’opinion de nos compatriotes sur l’hôpital public : 84% le jugent efficace, 80% à la pointe des nouvelles technologies, 72% estiment qu’il sait s’adapter au monde d’aujourd’hui, pour autant, 89% estiment que l’hôpital public est en danger ; les principales menaces qui pèsent sur lui : manque de personnel (70%) et exigences de rentabilités économiques (58%) et 1 Français sur 2 (49%) estime qu’on ne peut plus faire des économies importantes pour réformer le système de santé sans mettre en danger la qualité des soins apportés aux patients ;

– le coût de développement de nouveaux médicaments serait de 2,6 milliards de dollars par molécule selon un groupe de recherches universitaire américain financé par les industriels, mais dans le NEJM le Dr J. Avorn s’interroge sur ce chiffre qui justifie les prix astronomiques de ces produits (c’est le premier soucis des Américains en matière de santé : pouvoir achetrer les nouvelles molécules, comme le montre une enquête parue dans le Wall Street Journal) et attend d’avoir des éléments plus précis remarquant au passage ceci : « However, nearly half the total cost of developing a new drug($1.2 billion) was ascribed to this cost of capital, with only $1.4 billion attributed to funds actually spent on research » ;

– le premier grand discours de du Premier ministre du Royaume-Uni après son succès électoral a été consacré au NHS, comme le rapporte la BBC : beaucoup de promesses ;

– pour finir, la réponse à une question brûlante :

médecin traitant Iphone

Amitiés et bon courage.

Une réflexion au sujet de « Des semaines bien remplies, malgré les ponts »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *